2008, année sociale décisive

2008, année sociale décisive

La CFDT va bien. C'est l'image qu'elle a donnée par sa cohésion dans les moments revendicatifs forts en 2007 : interpellation des candidats aux élections, réforme des régimes spéciaux, action sur le pouvoir d'achat… mais aussi lors des 40 débats internes préparant la négociation sur les contrats de travail ou sur le dossier des retraites.
Cette bonne santé s'est traduite par de bons résultats électoraux, par exemple dans la fonction publique hospitalière, au ministère des Finances, à La Poste et dans de nombreuses entreprises du privé.
Pour l'année qui s'ouvre, la CFDT aura bien besoin de cette bonne santé et de cette cohésion tant les sujets mis à l'agenda social sont nombreux. Celui-ci, proposé par le président de la République comme nous le souhaitions afin d'éclaircir le rôle des partenaires sociaux et celui de l'État, comprend, entre autres, deux sujets importants inscrits au premier trimestre. Tout d'abord, la fin de la négociation sur La modernisation du marché du travail engagée depuis septembre. La CFDT mettra toute sa force de conviction pour aboutir à un accord garantissant une vraie sécurisation des parcours professionnels pour les millions de salariés qui quittent leur emploi chaque année lors d'une rupture individuelle de leur contrat de travail avec peu de droits et d'accompagnement. Syndicats comme patronat savent que, sans accord, le gouvernement légiférera à sa guise avec tous les risques de dérapage d'une majorité parlementaire qui alors sera libre de ses choix.
Le deuxième sujet laissé à la négociation est celui de la représentativité des organisations syndicales et de la validation des accords, suivis du financement des partenaires sociaux.
Faire preuve de l'utilité du syndicalisme en négociant une modernisation du marché du travail utile à l'emploi, améliorer les règles du dialogue social en donnant une légitimité aux syndicats pour s'engager au nom des salariés par des accords majoritaires à partir d'élections d'entreprises, voilà divers sujets centraux que la CFDT souhaite faire avancer depuis de nombreuses années.
Les premiers jours de 2008 seront donc décisifs, pour les salariés en leur apportant de nouveaux droits, pour le syndicalisme en le modernisant et en le rendant plus attractif, pour notre pays en construisant une vraie démocratie sociale digne de celle de nos voisins européens.
Si la CFDT parvient à faire évoluer ses objectifs déterminants, elle sera encore plus forte lors de cette année et se présentera pleine d'espoir pour les élections prud'homales du 3 décembre 2008 avec un objectif : gagner et se renforcer.n

François Chérèque, secrétaire général © CFDT (mis en ligne le 3 janvier 2008)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :